Histoire détaillée

Année academique 1997-98
Année academique 1997-98

Depuis l’entrée de l’Eglise Luthérienne dans la RDC, la formation de son personnel surtout clergé s’effectuait à l’étranger, principalement en Tanzanie qui était notre Eglise de parrainage, en Allemagne, au Cameroun et aux Indes compte tenu de son épanouissement et pour palier à la carence du personnel clergé qui se faisait beaucoup sentir chez nos fidèles parsemés dans tout le pays. Certains faisaient une année ou deux ans sans la sainte cène, sans baptême par manque des pasteurs ordonnés. C’est ainsi que l’Eglise avait eu l’idée de former ses ministres sur place.

 

C’est en 1985, lors des assises du comité exécutif, qu’une décision était prise de commencer la formation des ministres et autres cadres de l’Eglise ici au Congo. Le projet était conçu mais, il fallait trouver un lieu. Plusieurs études ont été menées, d’abord Kalemie était choisi comme lieu d’hébergement, ensuite avec l’acquisition de la ferme de l’ermitage à Kimbeimbe en 1989 à Lubumbashi et pour bénéficier du concours et de la collaboration des professeurs de l’Université de Lubumbashi et d’autres institutions, Lubumbashi est choisi définitivement pour héberger l’Institut Académique de Formation Théologique et d’Apprentissage (IAFTA en sigle) à la ferme école de Kimbeimbe qui se veut un centre de formation polyvalent.

 

A partir de 1989, l’Eglise a commencé à chercher le fond nécessaire pour l’aménagement de la ferme en centre de formation, mais les événements des pillages de septembre et octobre 1991 avaient freiné l’élan de l’Eglise pour la réalisation de ce projet.

 

En 1992, lors des assises du synode, ces dernières avaient confirmé la décision du synode de 1985, et avaient demandé aux autorités de l’Eglise de commencer dès que possible avec le parachèvement de la formation des évangélistes formés en Tanzanie pour qu’ils soient ordonnés pasteurs. C’est ainsi que lors du collège épiscopal du mois de mars 1994, la liste des premiers étudiants de l’IAFTA fut arrêtée, 7 évangélistes, ensuite avec les cris des régions ecclésiastiques qui n’avaient pas d’évangélistes à former et où les besoins étaient grands, la liste s’étaient étendue jusqu’aux anciens paroissiaux. Initialement arrêtée à 7, elle était passée de 7 à 17 étudiants. Plusieurs messages radiophoniques et les correspondances furent échangés entre la direction de l’Eglise et les régions ecclésiastiques.

 

Comme il fallait faire voyager les étudiants, et surtout qu’ils devraient venir des différents coins du pays, la direction et les fidèles avaient consenti d’énormes sacrifices pour leur voyage et leur survie au cours des premiers jours à Lubumbashi. Les premiers enseignements avaient débuté le 04 juillet 1994, d’abord au complexe scolaire le BERCAIL, ensuite à partir du mois d’août à Kimbeimbe. Signalons en outre, qu’en plus des activités purement Théologiques, Kimbeimbe est conçu comme un centre-projet multifonctionnel devant comprendre une ferme agro-pastorale, un étang pour l’élevage piscicole (ou la pisciculture), un foyer social pour les mamans ainsi que d’autres activités connexes.

 

Actuellement l’IAFTA reçoit les candidats de toutes les sections confondues ayant obtenu un diplôme d’Etat (D6) et ayant reçu un appel de Dieu pour le servir comme pasteur. Cet appel sera confirmé par la communauté de base, c’est à dire par la paroisse et la région ecclésiastique de provenance. L’institut intègre en priorité les fidèles de l’EELCo, toutefois il peut se permettre de recevoir les candidats recommandés par d’autres églises confessant la même foi que l’église initiatrice, et ce, moyennant un versement anticipatif de fonds relatifs à la bourse et aux besoins connexes à la formation de l’étudiant.

 

Les enseignements se déroulent en français suivant les principes et instructions de l’enseignement supérieur et universitaire. Concrètement, chaque période de cours prend deux heures. Et l’année académique s’étend sur neuf mois repartis en deux semestres. A l’issue de chaque semestre, l’institut organise les examens semestriels dont les côtes sont associées à celles des interrogations et travaux pratiques organisés au cours de l’année par les professeurs.

 

De la sommation de ces côtes se déduit la moyenne de l’année. A l’issue de la formation, un jury composé des professeurs tant internes qu’externes sanctionne les résultats des étudiants, de telle sorte que le diplôme leur octroyé soit reconnu sur le plan international. De même que l’institut admet des candidats venant d’ailleurs, c’est à dire de tous les autres pays en vue d’une collaboration et coopération internationales avec toutes les autres institutions d’enseignements supérieurs à travers le monde. De même, l’IAFTA fait venir des professeurs visiteurs et fonctionne sous l’arrêté ministériel No ESURS / CABMIN / 061 / 95 du 11 mai 1995.

 

Outre les 17 évangélistes qui ont été rapidement recyclé et ordonné pasteurs, il ressort de l’analyse des différents résultats que depuis sa création, l’IAFTA a déjà formé et lancé sur le terrain 50 pasteurs qui sont éparpillés à travers tous les diocèses. Il est aussi à noter que la philosophie première de l’IAFTA était de former deux catégories des clergés :

 

La première catégorie était consacrée à la formation des diacres. Cette formation était réservée aux candidats non-détenteurs des diplômes d’Etat. Et la seconde se limitait à la formation des théologiens, pour les candidats détenteurs des diplômes d’Etat.

 

Mais à cause d’un manque criant des serviteurs, l’autorité de l’EELCo avait décidé que les deux premières promotions des diacres soient déversées dans cette dernière catégorie.

 

Actuellement, le recrutement se limite uniquement aux détenteurs des diplômes d’Etat.